▶ ▶ ◀ ◀

Une news

616_p1_Tennis-Club-de-Paris-soutient-Paris-2014-C-9-Juin-.jpg

LE TENNIS CLUB DE PARIS VOIT PLUS HAUT...PLUS LOIN!

Lun. 1 octobre 2018

Encore plus d’ouverture, plus d’engagement, plus d’innovations : le TC Paris prépare un virage important dans son histoire centenaire. Pour se projeter dans une nouvelle ère, tout en restant fidèle à sa devise « un club pour la vie », le club – fort de ses infrastructures rénovées – développe plusieurs concepts innovants en phase avec un mode de vie où le temps libre est précieux et la pratique sportive un enjeu citoyen.

Niché entre le stade Pierre-de-Coubertin et la Seine, le TC Paris a toujours contribué à la formation de grands champions français dont il reste l’un des berceaux. Il fournit d’ailleurs les bancs des équipes de France de Coupe Davis et de Fed Cup dont les capitaines, Amélie Mauresmo et Julien Benneteau, sont aussi de fiers représentants du club « técépiste ».

À l’instar de l’élite sportive, le TC Paris se projette comme un acteur innovant et responsable dans le monde sportif. Son projet est ambitieux et s’appuie sur l’idée du tennis pour tous en l’articulant autour de trois axes : l’éducation citoyenne, l’excellence sportive, et le bien-être. 

LE TENNIS VECTEUR D'EDUCATION CITOYENNE

cliquez ici

Acteur citoyen au sein de sa ville, le TC Paris ouvre ses portes et développe un tennis éducatif pour tous les publics.

« Nous connaissons les vertus éducatives de ce sport et sommes convaincus que nous pouvons jouer un rôle citoyen si nous nous donnons les moyens d’ouvrir ce sport encore trop perçu comme un sport difficile d’accès et réservé à une élite. » explique Jeanne Clérin, Présidente de la Commission Sportive.

Plusieurs initiatives ont pour objectif d’impulser la diversité et d’inscrire le club dans les politiques gouvernementales et les enjeux de la collectivité parisienne.

En mai dernier, le TC paris a accueilli le tournage de la web-série « Vis mon sport ». Fabrice Santoro s’était exercé au blind tennis (NDLR : tennis en aveugle) sur les terrains en compagnie d’Ophélie Mauriès, non voyante. « Cette opération a sensibilisé nos enfants, poursuit Jeanne Clérin, et nous avons décidé de travailler sur un projet d’accueil et d’encadrement technique d’un groupe de mal voyants. » De la même façon, le 26 juillet dernier, Stéphane Houdet, champion Paralympique de tennis en fauteuil et vainqueur de plusieurs tournois du grand chelem, a organisé une action de sensibilisation au Handicap au sein du club.

Et du 5 au 10 août dernier, le TC Paris a accueilli le tournoi de tennis de la 10ème édition des Gay Games, ensemble de manifestations sportives et culturelles internationales réunissant autour des valeurs de diversité, respect, égalité, solidarité et partage.

Parallèlement, le TC Paris va s’appuyer et relayer l’accord entre la Fédération Française de Sport Adapté, la FFT et la Mairie de Paris. « Le sport est un terrain d’expression extraordinaire pour les personnes en situation d’handicap mental. Nous souhaitons accueillir un groupe par semaine avec leurs éducateurs spécialisés qui utiliseront avec nos enseignants les outils pédagogiques du tennis évolutif pour développer leur projet médico-éducatif » poursuit Aurélie Lepère, Directrice Générale du club.

Deuxième axe de développement : développer le tennis à l’école dans la continuité du programme fédéral. Le TC Paris est en contact avec des directeurs d’écoles avoisinantes. «L’idée est de former les instituteurs à faire une initiation tennis à l’école dans la cour de récréation, décrit Aurélie Lepère. On partirait sur un cycle de cinq-six séances par classe. Nous fournirions le matériel mini-tennis ainsi que les enseignants. C’est une manière de développer l’EPS et de faire découvrir le tennis à des enfants qui n’ont pas les moyens de le pratiquer. »

Dans la même logique d’ouverture et d’accessibilité, le TC Paris met en place un programme Tennis Espoir : « que l’on soit débutant, confirmé ou déjà professionnel, on veut ouvrir des portes, que ce soit pour les débutants ou les joueurs confirmés. Des places exonérées de cotisation sont réservées pour quelques enfants de l’école de tennis et pour une sélection de jeunes talents qui ne disposent pas de moyens pour suivre un entraînement poussé. »

Le TC Paris va également s’engager dans un partenariat avec l’Université de Paris-Dauphine. Contrairement aux Etats-Unis, où le sport est un fondamental, il est compliqué en France de concilier le tennis de haut niveau avec des études poussées. Le TC Paris veut être un facilitateur en proposant à des jeunes méritants de poursuivre des études à Paris-Dauphine et de s’entraîner au TC Paris. En outre, le club sera le théâtre le 3 novembre d’une rencontre par équipes entre l’Université de Paris-Dauphine et une université londonienne.

LE TENNIS ELITE UN MOTEUR POUR LA FORMATION

Les parcours personnels des joueurs professionnels – passés ou actuels – le prouvent : il existe plusieurs voies pour qu’un apprenti champion s’épanouisse dans son projet sportif. Ces routes sont tortueuses et pas forcément balisées. Le TC Paris veut être une alternative pour accompagner les jeunes dans leur projet sportif. Reconnu pour son centre d’entraînement dense et qualitatif (150 jeunes de 8 à 18 ans), le TC Paris club renforce ses compétences en créant une cellule Formation Elite pour des joueurs qui veulent tenter leur chance sur le circuit professionnel. Nommés à la direction sportive depuis un an, Jérôme Haehnel et Olivier Ramos – tous deux anciens joueurs de haut niveau – sont venus avec des idées. Ce dernier nous expose la vision de cette structure.

Olivier, des choses vont évoluer à la rentrée…

Olivier Ramos
.- Avant de parler de notre projet Formation Elite, je rappelle une évidence : les équipes premières sont la vitrine du club et la compétition son ADN. Avoir des équipes championnes de France, comme cela a été le cas quatre fois depuis cinq ans, c’est hyper important. Aussi bien pour le spectacle – il y a eu une rencontre électrisante entre Gilles Simon et Tommy Robredo l’hiver dernier sur le court 2 – que pour l’émulation au sein du club. Les larmes de joie de Pauline Parmentier ou de Stéphanie Foretz lorsque l’équipe féminine s’est maintenue après une bagarre que seul le sport sait offrir, ça marque tout le monde : du membre aux ramasseurs de balles. On voit bien la locomotive que cela représente pour nos jeunes.

Mais il y a un autre « chantier »…

O.R.
- Quand nous sommes arrivés avec Jérôme, nous nous sommes rendus compte qu’il y avait une cassure entre l’équipe 1 professionnelle et l’équipe 2. Notre meilleur jeune du centre d’entrainement se situait à 0. Pour combler l’écart, l’idée de créer une structure professionnelle nous est apparue comme une évidence. J’ajoute qu’elle a vocation à être plus sociale.

C’est-à-dire ?

O.R
.- On aide des jeunes qui se lancent sur le circuit et qui n’ont pas été retenus par la FFT. Ils n’ont pas forcément les moyens de s’offrir une Académie ou une structure privée. On leur propose 4 heures d’entraînement par jour. On ambitionne aussi de les accompagner sur des épreuves clés, comme les premiers tournois ITF juniors. C’est une formule qui tire tout le monde vers le haut. On a déjà un exemple frappant avec une joueuse qui est passée cette année de 0 à -15. Cela permet aussi de dynamiser le club à des créneaux horaires plus creux. On est prêt à la développer encore mais on est vigilant sur l’état d’esprit des jeunes. On ne veut pas non plus les « couper du monde ». On va installer des passerelles entre les différents programmes. On leur demandera de participer à des animations et de s’investir en Interclubs. C’est donnant donnant.

Et concernant le centre d’entraînement ?

O.R
.- On veut s’inscrire sur du long terme. On entend faire le lien entre l’école de tennis et le centre d’entraînement. Avec Jérôme, on va passer beaucoup de temps chez les plus petits, avec un accent chez les 5-6 ans car c’est à cet âge que beaucoup de choses se jouent. Concernant la pédagogie, on veut garder une certaine tradition technique française tout en étant ouvert aux pédagogies modernes (exercices de motricité, prise en compte du développement et des capacités de l’enfant, recherche de l’efficacité dans la gestuelle). Autres nouveautés : l’accent sur la préparation physique et le recours à la préparation mentale (yoga, respiration), devenues le quotidien des stars du circuit.

Evoquons aussi le renforcement des horaires aménagés.

O.R
. - On veut donner à des jeunes la possibilité de rêver. Beaucoup ont le projet de rejoindre une prestigieuse université américaine. Il faut savoir que plus le classement est élevé, plus la bourse est intéressante. Nous les aidons dans la réalisation de leur projet et élargissons leur formation à toutes les dimensions de la performance (physiques et mentales). Avec cette offre, le niveau de jeu va monter.

L’accent est mis, aussi, sur le suivi en tournois.

O.R
. - Oui, c’est un axe essentiel dans la formation. Comment bien entraîner un joueur si on ne le voit pas jouer ! Mais d’un autre côté, le suivi en tournois est très consommateur de temps et quand on a environ 150 enfants en compétition, on doit être ingénieux pour trouver une organisation efficace.

Nous proposons trois types d’encadrement de la compétition :

 

º Des tournées estivales très millimétrées comme à La Baule ou à Nice où on s’occupe des enfants 24h / 24h.

º Des suivis en tournois toute l’année où nos entraîneurs supervisent des tournois définis à l’avance et donnent aux parents des consignes d’inscription. Comme il n’y a pas de logistique à assurer, un même entraîneur basé sur un tournoi peut alors superviser jusqu’à 10 matches par jour.

º Des matches d’entraînement suivis par nos entraîneurs entre nos jeunes ou avec des jeunes de l’extérieur pour mieux préparer les compétitions officielles.

C’est ainsi que cette année, nous avons pu suivre plus de 800 matchs de nos joueurs dans l’année.

 
UNE OFFRE LOISIR POUR LE BIEN ETRE DE TOUS

A l’heure où la santé est un enjeu national, le TC Paris n’en oublie pas pour autant ses membres moins tournés vers la haute compétition.

Tout est pensé pour que chacun s’épanouisse dans la pratique de son sport. Les infrastructures sont régulièrement rénovées, des animations et des événements sportifs sont proposés tout au long de l’année et adaptés aux modes actuels de consommation du sport. C’est ainsi que le « TCP Masters » est né, une compétition interne étalée sur six mois réunissant plus de 250 joueurs du club pour faciliter la rencontre de nouveaux partenaires de son niveau et aménager ses temps de sport à son calendrier. Ou encore des formules et formats de jeu revisités comme des défis collectifs, des rencontres sous la bannière des Jeux Olympiques en soutien à Paris 2024 pour promouvoir les valeurs de l’Olympisme.

En complément, le TC Paris multiplie les offres dans la salle de sport. En plus du fitness traditionnel (30 heures par semaine), le club a mis en place des cours santé / bien-être comme le yoga, le pilates ou prochainement la méditation, adaptés à tous les âges, sans oublier pour les plus avertis des séances de cross training, de Hiit ou de zumba.

Et pour les remue-méninges, on n’oublie pas le bridge et ces tournois reconnus tous les mardis après-midis. 

Au cœur d’une ville aux multiples tentations culturelles, le TC Paris a su préserver son site et moderniser ses infrastructures pour développer une multitude d’offres sportives (Tennis citoyen, Formation élite, Bien-être / Loisirs). Grâce à son équipe pédagogique renforcée, le TC Paris cherche à imaginer le tennis de demain et à s’ouvrir à un monde en perpétuel mouvement. Il devient un espace sportif innovant et durable au cœur de Paris et développe de nouveaux modèles éducatifs, sociaux et économiques. 

par Marion BOMBARDIER