▶ ▶ ◀ ◀

Une news

600_p0_NICO_MAHUT.jpg

"NICO" sur le toit de Roland!

Lun. 11 juin 2018

La dernière volée de coup droit de Pierre-Hugues Herbert claquée comme une délivrance ! Et quelle délivrance, celle du titre double messieurs à Roland-Garros. Quelques minutes plus tôt, Herbert et Nicolas Mahut, qui avaient le match bien en main -un set et un break-, avaient traversé une sacrée zone de turbulence. l'Autrichien Oliver Marach et le Croate Mate Pavic, tête de série n°2, avaient d’abord recollé à 4-4 sur le service de Mahut avant de tourmenter une nouvelle fois le plus âgé des deux Français sur son engagement. A quatre reprises, à 5-6 donc, voilà l’Angevin s’est retrouvé sous la pression d’une balle de un set partout à écarter. Grâce à trois bonnes premières balles, mais aussi à un passing de revers de Marach qui a prend la bande, l’alerte a pu être écartée.

Devant un court Philippe-Chatrier très bien garni et très impliqué, les Français se détachent rapidement 4-2 dans le jeu décisif, grâce notamment à un Herbert, le meilleur des quatre, super incisif et inspiré. A 6-4, c’est justement P2H qui est au service. Il prend son temps avant de servir et reçoit un avertissement. Mais bien lui en pris. Il sort une super première balle, suivie, donc, de cette volée de coup droit de la délivrance.

Après 1h40, les deux hommes peuvent tomber à la renverse et dans les bras l’un de l’autre. Ils le tiennent ce premier titre à Roland-Garros tant attendu. Après leur triomphe à Wimbledon (2015) et l’US Open, les voilà riche d’une troisième couronne majeure. Ça commence à chiffrer, comme on dit ! L’histoire est belle et bien plus encore lorsqu’on se souvient qu’ils ont sauvé deux balles de match au premier tour du tournoi face à la paire Lindstedt-Matkowski. Et qu'en demi-finale, on avait frôlé le drame lorsque le coup droit de Herbert avait percè le tympan de Mahut...

Ce titre est aussi une revanche, à titre personnel, pour Nicolas Mahut, 36 ans. En 2013, il avait perdu sur le fil une finale de Roland-Garros avec Michaël Llodra contre les frères Bryan. Une défaite restée une blessure. "Vous ne pouvez pas savoir à quel point je suis heureux", a-t-il expliqué sur le court en référence à ce match perdu. Avant d’ajouter en conférence de presse : "L’émotion au moment de la balle de match et les deux trois minutes qui suivent, c’est difficilement racontable. C’est du bonheur à l’état pur."

Autre TCPiste, et non des moindre, qui a enfin obtenu un titre à Roland Garros...Amélie Mauresmo associée à Nathalie Dechy vainqueurs du double dames des légendes face à la paire Tauziat- Clijsters

par Marion BOMBARDIER