▶ ▶ ◀ ◀

Une news

588_p0_TCP_Printemps.jpg

CA DÉBULLE....CHAMPAGNE!

Jeu. 12 avril 2018

Débuller, verbe du premier groupe introuvable dans les dictionnaires et pourtant très utilisé sur la planète terre…battue. Le tennis regorge de néologismes. Un jargon spécifique pour certains plaisirs que les non-initiés ne peuvent pas connaître. Bon, c’est vrai, son sens primaire (dégonfler la bulle qui recouvre les courts pendant l’hiver) ruine un peu le charme et les mystères qui l’entourent. Pourtant, beaucoup de joueurs paieraient pour assister à ce spectacle d’une symbolique inestimable.
Le 12 avril, à 11h20, nous avons assisté à cet évènement qui aurait mérité d’être célébré par une coupe pétillante. Quatre courts (7, 8, 9, 10) ont perdu leur voile en moins de temps qu’il n’en aurait fallu pour trinquer. Bientôt, les sept terres seront dénudées et foulées.
Fouler une terre toute fraîche, c’est comme faire la trace sur une poudreuse. Un privilège qui provoque une excitation folle et alimente les conversations au club-house. Cent fois, mille fois par jour la même question, imprécise mais comprise par tous : « Alors, on Débulle quand ? ». Et pour cause. Quand les terrains extérieurs en ocre sont offerts aux glissades, c’est l’année qui bascule. L’impact sur le moral vaut tous les remèdes du Vidal. Les sourires fleurissent aussi vite que les primevères. La fréquentation s’intensifie et les échanges aussi. Le TCP raffole quand ça fourmille et ça bruisse, quand le partage est permanent et le bonheur multiple. C’est sa marque de fabrique, sa force, ce qui fait son exception.
Jouer dehors, ça décuple le sentiment de liberté des enfants et de sérénité de leurs parents. Jouer dehors, c’est aussi la confirmation que les compétitions par équipes, si chères au club, approchent. Championnats de France ou de Paris, treize formations seront en lice. Certains adhérents vont matcher, d’autres juste suer en supportant ou en…bullant ! Le TCP va faire corps dans sa diversité.
Ces bulles auront autant fait parler que sur une planche de bande dessinée. Un éternel recommencement car elles seront réclamées dès les premières gelées. En sirotant un bon thé...

par Cyrille Pomero